Elsass Bike 2019

(Comme Arnaud devait poster le CR il y a quelques temps…. j’ai fait celui-ci pour vous faire patienter….)

Ces 6 et 7 juillets derniers ont permis à sept raidars de participer à la 5ème édition de l’Elsass Bike.

Anouchka, PTR, Chocobob, John, Aurélien, Arnaud et Cyril étaient de la partie. Au programme, il y avait 110 km pour les amoureux (non, pas Aurélien et Arnaud, je parle de ceux qui sont beaux), et il y avait 130 km pour les 5 autres. Le tout a réaliser en 2 boucles sur 2 jours…. que du bonheur qu’ils disaient…

L’organisation en deux gites nous sépare le premier jour en deux groupes avec des départs différés. Les trois expérimentés partaient à la fraiche pour éviter les coups de chaleurs annoncées (depuis 2003, leur grand âge leur a donnée beaucoup de clairvoyance),  tandis que les 4 plus jeunes optaient pour un départ en retard vers 7h50.

Le premier jour est lancé ! Arnaud, fort de beaucoup d’optimisme (on reparlera de tout ça plus tard…) s’élance sur un rythme soutenu dans la première descente puis la première montée.
John cherche déjà son second souffle et le malinois, qui court derrière lui, ne semble pas lui donner plus de sérénité devant le parcours qui s’annonce. La première montée technique ne va pas rassurer notre benjamin et les premières idées de jeter le vélo apparaissent déjà…. (nous en sommes à 2,80

 km / 130 km). Les difficultés s’enchaînent et Arnaud (certainement pensant rassurer tout le monde) ne cesse de répéter : « On est venu pour ça, de toute façon ». C’est sur ces bonnes paroles et au moment d’une rencontre avec PTR et Anouchka que notre John change de groupe en espérant réduire

 la boucle du premier jour. Personne n’a de nouvelles du ChocoBob… Monter, descendre, monter, descendre, monter, monter, monter, monter, le parcours est difficile et les paysages magnifiques ne nous font pas oublier les efforts à réaliser. La première salve de montée pèse 45 minutes, suivi de 18 bonnes minutes de descentes avant de monter de nouveau pendant 13 jours ! Ah non, c’était moins long qu’il ne parait…. 1h12 et 340 D+ finalement ! C’est un peu ça l’Elsass… tu montes, tu descends, tu montes en poussant le vélo, tu descends en portant le vélo. 

On terminera cette première journée avec 1800 D+ (dont des séances de montées rythmées comme suit : +273, +340, +180, +100, +340 pour les plus marquantes). 65 bons kilomètres pour commencer, c’est déjà bien. (Boucle identique pour le 110 ou le 130 km….. désolé John)

Comme tout bons raidards qui se respectent, un rassemblement s’opère autour d’une bonne bière. Le fut de Karmeliet bien frais consistera la dernière grosse descente de la journée pour les plus jeunes alors que rhum et whisky seront les remontants des un peu plus moins jeunes. Le repos est de rigueur, à chacun sa technique.

Le deuxième jour se lève.

Plusieurs fois, la veille, l’envie de ne pas remonter sur le vélo était passée dans plusieurs esprits. Il fait beau, il fait frais, et nous avons tous en tête l’annonce de Michel (un organisateur) concernant un V dont nous allons nous rappeler….Ainsi nous nous lançons gaiement dans la suite de l’aventure. Une bonne petite descente qui annonce un échauffement furtif des jambes avant les premières difficultés. Tous les raidars sont partis ensemble, même

 ChocoBob ! Ce dernier n’aimant pas les descentes, le groupe se scinde dans le fond pour commencer à grimper. John tient la chandelle pour PTR et Anouchka sur une boucle de 40 km, Choco est en solo derrière le trio (Aurélien, Arnaud et Cyril) lancés sur la boucle de 70 km.Les envies d’abandon de la veille sont passées. Le temps est agréable et les descentes extra ludiques font oublier les grosses grimpettes. Un morceau de route nous amène au fameux ravitaillement connu par 

delà les frontières. On pourrait l’appeler le banquet. On pourrait l’appeler l’orgie. On pourrait l’appeler, « bouffe avant de le regretter ». Bref, il est là, le ravitaillement avec toasts, fruits frais et fontaine de chocolat !!!! 
C’est un délice et c’est gargantuesque. Nous faisons bombance, remplissons les gourdasses et camelbackasses dans la sourçasse de bonne eau d’Alsace, et reposons, sur les selles, nos ass !

Un long single roulant amuse nos jambes le long de la route. On s’échauffe un peu avant d’attaquer….euh… bah les vraies montées…. Nous allons monter pendant une bonne heure et quart avant de retrouver l’insolence du Michel. Son V est là. Il consiste à descendre de 90m de dénivelé en 5 petites minutes avant de remonter de 445 à 687m d’altitude en 1h !…
Entre chemins roulants et passages sur racines, nous passons quelques marches à gravir à côté du vélo. Il y a rien a dire, les sentiers et paysages sont très divers. 
Les boucles se croisent à nouveau et c’est l’occasion de saluer le trio du 110. Ils ont le sourire, tout le monde est là et nous partageons un verre de sirop de menthe sur un ravito. Ravitaillement positionné en haut des Vosges donc nous n’avons plus qu’à redescendre. Arnaud et Cyril en tête, les deux frappés n’usent guère les freins. Il faut dire que les singles bordant les pentes plutôt abruptes sont hyper ludiques. Sur un passage très rapide et assez technique (a cette vitesse), Cyril voit son cintre taper contre une roche. S’en suit une envolée par dessus le vélo en direction de la pente en contre-bas… c’est enroulé autour d’un arbuste que nous retrouvons notre Cyril refroidit par cette insolente chance qui le voit en bon état.

Un petit coup d’outil plus tard pour redresser le poney et c’est reparti. La suite est plus terne…. il ne nous reste plus que 450 m de dénivelé à franchir avant l’arrivée. Trois grosses montées se partageront se dénivelé et scindera notre groupe en trois groupes de un….Avant le dernier talus cachant la source musicale de la ligne d’arrivée, la dernière montée de 90 D+ , Aurélien se refroidit en attendant Cyril, poursuivant aux jambes lourdes puis Arnaud qui semble en avoir plein le fondement également.

Notre John est là. Ce n’est pas lui qui chante mais il nous a trouvé une fontaine à bières. ChocoBob arrive avec quelques bières de retard mais nous l’accompagnons de bon cœur pour finaliser cette belle aventure en mode banquet gaulois. Résultats, ce ne sont pas moins de 135km pour 4000m de D+ qui ont été parcourus durant ce week-end de juillet 2019.

Le prochain rendez vous est proposé pour 2021 ou Michel a annoncé un W…. des joueurs ?

Tagged on: , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.