Tour de confinement

Déjà Six semaines !

Six semaines que j’alterne entre devoirs des enfants, confection de gâteaux, taches ménagères, apéroS et vélo virtuel. Six semaines de vélo virtuel, moi, membre du RAID Ardennes VTT, moi qui n’ai jamais confiné une envie de faire du vtt par quelque excuse météorologique ou autre !

Six semaines et donc 756 kms de routes et/ou chemins sans odeurs ! (Ah si ! J’oublie le parfum d’épandage ou les fumées de barbecue des voisins qui ont, parfois, augmenté ou réduit la vitesse du tournage des pédales !). Le pauvre home-trainer de recup n’avait jamais fonctionné avant….. il doit être encore plus triste que moi.

Nous sommes ainsi ce 28 avril lorsqu’une invitation à un Meetup me parvient sur le logiciel Zwift que je découvre depuis quelques semaines.

Stéven Le Hyaric organise une sortie sur Zwift et a proposé à du monde de l’accompagner. J’en suis honoré, ravi, touché. Cet homme surprenant a un sacré grand cœur.( Pour ceux qui ne le connaissent pas, je vous invite à le découvrir à travers ses causes, ses exploits et surtout par sa philosophie. Vous le retrouverez sur Facebook https://www.facebook.com/steven.lehyaric  Sur son site de l’Internet mondial Stéven Le Hyaric / Aventurier professionnel Sa chaîne YouTube https://www.youtube.com/channel/UCM53Egjp2J4Gbt25fKpFn6g vous aidera à partager ses folies.)

Ainsi donc, ce 28 avril à 17h30, je roulerais avec ce jeune homme.

Il est 17h, le matériel est installé dehors pour bénéficier d’un peu d’air (il fait chaud sur ces vacheries de home-trainer). Le sanglier est relativement prêt mais il se dit que quelques tours de roues pour s’échauffer ne seront certainement pas de trop. Il s’exécute en attendant l’heure du départ.

17h30, nous sommes une cinquantaine à entourer Stéven Le Hyaric. Le compte à rebours termine de défiler les secondes annonçant le départ et nous sommes lancés. (Parcours choisi, Dust in the Wind dans le monde Watopia. Pour les connaisseurs.).

Nous allons passer 5 petites minutes à faire tourner les jambes et à trouver le rythme du groupe. En virtuel, Stéven se place parfois devant, à la fin, puis au milieu du groupe, comme s’il saluait tous les présents. Je trouve ça super cool mais la distanciation sociale d’un sanglier de séparation n’est pas bien respectée….

Je vois que le rythme est quand même assez soutenu et le groupe semble contenir pas mal de cyclistes sur route. Des cuisses, des cadences plutôt régulières (difficile pour moi) et de grosses puissances semblent être développées. Mon but est de tenir le maximum avec le groupe et de finir le parcours proposé, même si c’est en solo…

Dans les premières montées, une partie des jambes tondues (ainsi que notre hôte) se décrochent à l’avant du groupe et j’ai la chance de les garder au contact visuel lorsqu’il y a des virages….

Après 30 minutes et seulement 15 kms de parcourus, il me semble évident que je vais souffrir. Le rythme constant me force à puiser dans mes réserves et il également flagrant que je vais manquer de picon après la séance. Je m’accroche, quoiqu’il arrive ! Je suis un raidar !

Les complications arrivent. Le relief annonce que je vais galèrer quand la météo se dégrade. Le ciel est devenu menaçant depuis quelques minutes. Le vent s’est levé et ne fait pas tant mal que ça dans ce genre d’activité. (certains préconisent d’utiliser un ventilateur pour se rafraichir sur le home-trainer et je sais pourquoi !!!). J’entend quelques goutes se joindre à la fête et tomber à proximité, rien de grave…

Quand la vraie vie s’invite dans ma sortie virtuelle. 25 kms et 45 minutes de passées lorsque la météo ardennaise se déchaine tout d’un coup :

Le vent se fait plus violent et tente d’emporter la parasol qui doit me « protéger ». Je le rattrape du bout des doigts. Tout en continuant à pédaler, je retiens le parasol lorsqu’il se retourne. Je lâche mon guidon pour rattraper le bougre qui se débat. (Ouais, je sais, vous vous dites que je suis trop fort à faire du vélo sans les mains par ce temps… Je suis un raidar ouais!). La pluie s’est intensifiée et c’est une sacrée drache qui s’abat sur moi à présent. Le parasol n’est pas assez grand et ne peut couvrir toute mon installation. Je préfère, ainsi, préserver mes écrans à l’avant que mon dos. Mon dos, ainsi découvert, se fait rincer à grandes eaux. Le groupe entame une belle montée quand je sens ma roue arrière perdre de l’adhérence sur le rouleau du HT. Bordel de bordel! Je ne vais quand même pas abandonner sur un problème technique ?!?! J’insiste, je monte sur les pédales et augmente ma cadence afin de ne pas me faire trop distancer et ça tiens.

La météo se calme enfin. Je suis trempé comme une soupe. L’adhérence est revenue. Je ne suis pas complètement largué par les roulards. Les écrans fonctionnent et le parcours dessine une accalmie qui va me permettre de me re-positionner dans le groupe.

Les 20 kms suivants seront plus calmes au niveau de l’environnement. Sur un écran, Howard et Bernadette se marient avant qu’Howard parte en mission dans l’espace et je crois que Sheldon s’en moque un peu…. alors que sur l’autre écran, Watopia continue à éprouver mon physique de confiné.

Les plats s’enchainent à une allure de 37/38 km/h de moyenne quand les montées, elles, se gravissent à 160/170 battements de coeur par minutes.

C’est après 1h30 de chemin à luter pour tenir le groupe que nous arrivons au long plat final. Il ne reste plus que 9km des 54 à parcourir. Mon fondement est douloureux…. mes cuisses sont vidées…. j’ai soif malgré l’eau que j’ingurgite depuis le départ. (et malgré la manière dont je me suis fait imbiber le corps 1h avant….). Le plus dur reste à faire car je veux finir avec tout le monde. La tête prend la relève du corps…. (même si quand t’as mal au cul, bah t’as quand même mal au cul). Sur une moyenne aux alentours de 38 km/h, des watts au taquet (pour moi) et un cardio dans le rouge, nous terminons avec un beau peloton et une belle expérience pour moi.

Cela n’aide pas à me faire aimer le home-trainer, mais cela m’a rendu plus impatient encore de retrouver mes amis raidars afin d’arpenter nos campagnes. Vivement que la vie réelle reprenne mais en attendant et pour que ce soit possible, #RestezChezVous et santé à tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.