Ca va être tout noir – Ta gueule !

Cette célèbre réplique de RRRrrrr !!! colle parfaitement aux deux sorties de ce week-end de Toussaint.

La soirée du samedi est consacrée à une petite balade nocturne au pays de LES BULLES. Malgré ce que certains ont pu pensé nous ne sommes pas allés rouler en Champagne mais dans un petit village belge. Grosse affluence pour cette nocturne : JP, Clement, Arnaud, ChocoBob, Cacal, Guitou, Michael, Fabrice et Manu sont pour cette excursion noctambule ms compagnons de route. Le début est très roulant et même très goudronné. Peut-être que les organisateurs comptaient sur la nuit pour que nous ne nous en apercevions pas. Mais le raidar est plus malin que cela… Le rythme est élevé moi qui suis parti avec le pneu arrière à plat, je ne trouerai pas les vingt secondes nécessaires au regonflage avant le premier ravitaillement. Même si après quatre kilomètres nous quittons le tarmac, nous continuons à mener grand train. Nous arrivons rapidement au premier ravitaillement. L’amiance est très sympa. Chacun trouve de quoi se faire plaisir entre le sucré et la soupe au potiron le choix est difficile.
Les deux parcours se séparent peu après le ravitaillement. Nous avons le droit à quelques héctomètres de sentier. Malheureusement trop peu. Nous retrouvons bientot le plus petit des parcours. La fin du parcours est une longue ligne droite de plus de six kilomètres de route forestière puis de route tout court. La morosité de ce long chemin rectiligne, n’est entrecoupé que par le second ravitaillement. Là aussi on nous propose une soupe que pour ma part j’accompagnerai d’un petit verre d’eau de feu afin de faire passer le gout du potiron. Nous finissons la soirée autour d’un pain saucisse malgré les supplications insistantes de Cacal pour obtenir un hamburger.

Nous sommes beaucoup moins nombreux en ce dimanche matin. Nous ne sommes que quatre au centre équestre du Bannet prêts à en découdre : Guitou, ChocoBob, Cacal et moi. Les 6° depuis quelques temps nous étions plus habitués à les voir affichés sur le étiquettes des bouteilles de bière que sur les GPS de Chocobob et de Guitou. Nous trainons quelque peu à prendre le départ afin de profifer du paysage magnifiquement paré de ses couleurs d’automne. Si nous sommes peu de raidars ce matin, il y a surpopulation de vététistes dans les forêts sedanaises.
Nous enchaînons les petits sentiers afin de gagner Olly. A partir de là nous grimpons pour aller chercher une descente sympa. Nous partons à l’aventure avec pour objectif de gagner Robessart et descendre vers Corbion. Le chemin change de notre habituelle montée par la route forestière. Par moment nous avons l’impression de gravir les côtes caillouteuses du Roc d’Azur mais recouvertes d’un tapis de feuilles… Nous prenons le temps de discuter. ChocoBob nous explique qu’il a pris la même résolution pour la chocovanne que pour la cigarette : il a décidé d’arrêter entre deux ! Pour l’aider il nous conseil d’arborer de belles pancartes écrits  » Ta gueule !  » Nous traversons bientôt la départementale D777 et dévallons vers Corbion. Nous perdons un à deux degrès. En cuissard c’est un peu juste. Nous ne verrons jamais Corbion. Si ChocoBob et moi étions aiguilleurs du ciel, les avions ne seraient pas sûrs d’arriver à la bonne destination.
Après une boucle de cinq ou six kilomètres nous nous retrouvons sur la D777 trois cents mètres plus loin d’où nous l’avions traversé… Il est un peu tard pour rejoindre notre objectif. Nous décidons de nous balader au hasard des parcours balisés. Nous finissons par les parcours d’entraîment du sprint club.
Encore une belle sortie entre potes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.