Brockeback Mountainbike

C’est le noyau dur des raidars qui se retrouve en ce dimanche matin sur le parking de la SMA de FLIZE. Quand j’arrive sur le parking Guitou est déjà là. Le temps de discuter un peu c’est au tour de ChocoBob de nous rejoindre. Cacal, Michael nous rejoignent en vélo. Arnaud à son tour à la force du mollet se rallie à nous, non sans avoir hésité à découvrir de nouvelles sensations en passant sur le parking de Vistéon. Il ne manque que PTR qui ne tarde pas à arriver. Quel éblouissement quand Guitou revêt un casque flambant neuf. Je vous dispenserai des vannes qui ont pu fuser tout au long de la sortie.
Mon idée ce matin est de tester des options pour la randonnée du Pays des Sources. Nous partons vers Boutancourt avant de contourner les étangs d’Alger et de nous diriger vers la montée du Terme. Sur le sec cette montée n’est pas des plus facile, mais avec le terrain gras nous nous attendons à souffrir. Cacal se lance en tête prêt à franchir les rochers comme lors des plus belles heures du Roc noir. Malheureusement le terrain n’est pas aussi sec et son destrier à du mal a rester dans le sens de la montée. J’en profite pour passer avec ChocoBob dans ma roue. Je ne sais pas ce qui se passe dérrière trop concentré sur ma trajectoire… Nous nous regroupns dès que le chemin devient plus facile. Nous slalomons entre les mares de boue. Au détour d’une épingle nous trouvons un chemin défoncé. Je propose d’aller chercher un autre chemin mais mes camarades sont plus confiants que moi dans la capacité de leurs pneus à débourrer. PTR nous indique que ce n’est que le début du chemin qui est dans cet état. Un kilomètre et demi plus loin nous sommes toujours en train de pousser nos montures qui freinent des deux roues bloquées par les mottes de terre. ChocoBob, avec le doigté d’un proctologue de renom, enlève les résidus bloquant ses roues. Lassé de se terrain, je trouve une échappatoire et nous retrouvons le plaisir de rouler. Quelques petites boucles nous ramènent en terrain connu et vers les trous d’obus. Nous restons sur le tracès de la RPS 2015 jusqu’à la Source Saint Roger. Alors que nous nous restaurons, nous voyons arriver un jeune éphèbe la guitare au dos accompagné d’un photographe. Ceux-ci commence un shooting. Magré le froid nous subodorons que la séance va se terminer, pour le Jimy Hendrix ardennais, dans une plus proche de celle du vacancier au Cap d’Agde que celle d’un inuit allant faire ses courses au Colruyt. N’ayant pas envie d’en voir plus nous reprenons notre chemin.
Nous croisons un second groupe de vététistes, il est clair qu’une surppeuplement nous guette. Heureusement que la chasse est ouverte afin de réguler la population.
Nous grimpons vers la croix Seurin avant d’explorer de nouveaux chemins. Guitou frétille de la guibolle quand son GPS indique que nous sommes dans le bois de la Marlière. Nous coupons la route forestière pour nous jeter dans une grande descente que nous connaissons bien. Une nouvelle fois il nous faut remonter. Une fois sur les hauteurs ChocoBob m’indique qu’il n’est que onze heures cinq. Je demande à mes compagnons s’ils sont près à m’accompagner dans la découverte d’un nouveau passage. J’indique qu’il peut y avoir un peu de portage. Ce n’est pas cela qui refroidit un raidar…Nous voilà parti sur un large chemin qui bientôt se termine. Je sais qu’un peu plus loin se trouve un joli sentier, le tout et de le rejoindre. Malheureusemennt nous ne retenons pas les recomandations du Colonel Blanchet aux hommes de la septième Compagnie  » Et aussi longtemps que possible, longez la forêt de Machecoul : vous pourrez vous y abriter en cas de pépin. Je la connais, on peut même s’y perdre. Compris ?  » Après plus d’une demi heure à chercher le sentier perdu au milieu des ronces et avoir fait une multitude de demi-tours, nous prenons l’option de rejoindre la route en traversant une pature. Nous franchissons une première rangée de barbelés quand nous nous apercevons que nous avons de la visite. Un troupeau de veaux s’approche de nous. Guitou penché en avant pour ramasser son vélo craint quelques instants pour son honneur. Heureusement ces veaux ne sont pas du batiment d’en face. Nous décidons de poser avec eux pour la postérité. Quand nous remontons sur nos vélos on se croirait dans une scéne de Brokeback Mountain Bike. Nous devons de nouveau franchir une randée de barbelés pour quitter nos amis les veaux.
Vu que nous avons passé quarante-cinq minutes pour faire quatre kilomètres nous décidons de regagner nos voitures par la route. Celle-ci descend, nous nous laissons aller. Personne ne pédale et tout le monde me double. Deux raisons me viennent à l’esprit : soit leurs roulements sont de meilleure qualité que les miens soit leur cantine est meilleure que la mienne.
Quand nous arrivons devant la SMA et que je sors le casier du coffre mes camarades comprennent mieux pourquoi aujourd’hui je suis venue en voiture. Pendant que nous buvons une boisson bien méritée nous avos le droit à la première Chocovanne de la journée.
Nous prenons rendez-vous pour notre tradistionnelle sortie nocturne d’Haloween à LES BULLES samedi prochain. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.