Ca Rulles pour nous

Depuis quelques années déjà j’envisageais de faire le Raid des quatre fils Aymon, cette douce appellation ayant une conotation particulière aux oreilles d’un ardennais pure souche. Cette année l’administration ne m’ayant pas octroyée d’augmentation, comme l’an dernier d’ailleurs, mes vacances se déroule dans notre belle région où il fait toujours beau. C’est donc l’occasion pour moi de me rendre à Rulles en découdre avec le chrono, le 65kms faisant parti du O2biker Marathon Challenge, comme le 90 et le 110 que nous gardons de coté pour les années à venir. Un mail envoyé en milieu de semaine me laisse présager une faible participation des raidars seuls ChocoBob, pour le marthon, et Jean-Pierre sur une plus courte distance sont partants.
Arrivé sur place vers 8h00 je me prépare tranquillement et rejoins Jean-Pierre qui vient d’arriver avec Didier. ChocoBob arrive quelques minutes plus tard. Nous passons par la case inscriptions avant de nous élancer contre le chrono pour Choco et moi.
Un premier passage en dévers en bord de rivière nous donne un peu de fil à retordre, si toute la rando est comme cela ça promet… Mais rapidement nous retrouvons des chemins plus faciles, parfois trop. Nous en profitons pour faire tourner les jambes sans trop forcer. Les kilomètres défilent malgré la petite forme de ChocoBob. Nous rejoingnons Jean-Pierre et Didier au sommet d’une longue montée. Nous passons un petit moment ensemble avant de les laisser après une grosse montée où on a failli retrouver un Pivot sur le dos. Mais le premier ravitaillement arrive beintôt. Nous ne nous attardons pas mais attendons que nos acolytes arrivent pour les saluer et reprendre notre route.
Le parcours est variè si nous passons de bons moments de single nous trouvons parfois les parties roulantes un peu longue. Nous soulignons quand même la maitrise des organisateurs qui positionnent toujours les singles à des moments où nous commencont à râler après les routes forestières. Une nouvelle bosse nous amène à un tronçon à double sens. Nous râlons un peu car nous attaquons une boucle par un long passage sur asphalte ; nous avons vraiment l’impression d’un passage fait pour avoir la bonne distance. En fait nous avons tout faux car nous ne reprendrons ce chemin en sens inverse que plus de 25 kms et presque deux heures plus tard.
Enfn arrive le deuxième ravitaillement, celui-ci étant réservé aux chrono tout est prévu pour que nous puissions repartir rapidement, mais Choco ayant besoin de refaire des réserves nous prenons un peu de temps. Après quelques dizaines de mètres nous voyons arriver au ravitallement un Michael, à bloc comme toujours, mais aujourd’hui rouge comme un rosbeef prêt à être mis dans le four. Nous progressons alors tranquillement afin qu’il puisse se ravitailler un peu et nous rejoindre. Quand il arrive à notre niveau nous nous apercevons qu’il a laissé beaucoup de forces dans notre poursuite. Heureusement les montées difficiles sont peu nombreuses, car si je parvient à ne pas quitter ma selle mais camarades doivent mettre pieds à terre plusieurs reprises. Cette fois les passages goudronés sont les bienvenus. Une énorme montée nous amène au dernier ravitaillement situé à 15 kilomètres de notre but. Les organisateurs nous annoncent une dernière côte et un belle descente. Cette dernière montée n’a rien de comparable avec ce que nous venons de gravir. Malgré cela les jambes font mal. Les derniers kilomètres sont roulants. Je jette un oeil sur mon GPS qui ne descend pas en dessous du 30… Malgré cela je sens le souffle chaud du chocoBob dans mon cou. Celui-ci à fait l’effort pour recoller. Nous continuons à bloc sachant qu’il ne nous reste plus que 5 kilomètres. Nous nous faisons doubler par un avion de chasse. Je prend sa roue pour les derniers hectomètres lachant par la même occasion mes camarades de route. Malheureusement pour moi celui-ci se trompe juste avant l’arrivée m’obligeant à faire demi-tour pour reprendre le bon chemin. Je retrouve donc Michael avec qui je fini le parcours. Choco nous suivra à une poignée de secondes.
Nous avons bouclé le parcours à plus de 14kms/h de moyenne pour Choco et moi alors que les chronometreurs annonce à Michael un 4h12 pour les 65 kilomètres, arrêts compris.
Nous finirons par prendre une petite boisson religieuse offerte par un ami pivoteur qui lui à fait les 90kilomètres en moins de temps que nous les 65. si nous étions fiers de nous ça nous a rapidement calmé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.