Un Moyen encourageant

A l’occasion de la fête du village de Moyen près de Florenville le comité local organise ce vendredi sa première nocturne VTT. Je ne résiste pas à la tentation d’aller laisser les empreintes de mes crampons sur le sol belge. Etant le seul raidar à m’y rendre je revois à la baisse mon attention de rouler de nuit. Après le bulletin d’inscription rempli et les 3€ réglés, je grimpe sur ma monture à 19H30. La trace quitte le village par un chemin étroit entre habitations et bois. A plusieurs endroits il me faut faire preuve de finesse pour faufiler mon cintre de 740. Ce début laisse à penser que le parcours a été tracé par des initiés. Un goudron prend le relai durant 1,5 Km. J’en profite pour appuyer sur les pédales. Les 29 degrés me transforment en homme Spontex. Je me calme rapidement de crainte que mes cheveux mutent en pics de hérisson.
Suivent un chemin empierré et la première séparation du 26 et du 32 ou plus précisément la boucle du 32. Celle-ci revient à l’intersection. L’organisation a prévu les panneaux et un marquage au sol pour informer les participants d’une circulation à double sens. La piste en plein soleil reste roulante avant d’entrer dans les bois. Il me faut alors passer tout à gauche. J’accueille cette montée à la raidar avec le sourire. Sourire vite remplacé par une contorsion faciale. Je récupère sur les chemins forestiers et grimpe sur les talus pour éviter quelques marres. L’air apporté par la descente est un régal. Arrive un étang. Un single longe la berge. Je salue plusieurs pêcheurs et des charmantes dames remettant le haut. Il est toutefois nécessaire de rester vigilant afin de ne pas se faire piéger par les racines et ponts de fortune. Cet endroit bucolique passé arrive la partie la plus technique : un single bien montant et légèrement en dévers par endroit. Racines et de pavés pimentent la progression. Ma roue arrière se dérobe sur l’un d’entre eux. La Choco-prudence me fait mettre pied à terre jusqu’au sommet. Un chemin forestier agréable me conduit à pétard de 4 mètres. Le pourcentage est tel que la plupart des participants franchisent l’obstacle à côté du bike. Le terrain sec me permet d’arriver en haut.
Aux alentours des 10Km arrive le 1er ravito. Il est achalandé correctement et les organisateurs(trices) bien conviviaux(viales). Le traceur présent à cet endroit stratégique par ce temps caniculaire, informe chacun de la suite du parcours. Celui-ci après plusieurs Km dans les bois me fait découvrir le barrage le Vierre par une piste. Je m’arrête pour prendre des photos tant le paysage est splendide. La trace entre à nouveau dans les bois. Une longue montée et une descente me fait rejoindre le ravitaillement à nouveau bien placé par rapport à la distance. Je ne m’y attarde pas. Malgré les 24 degrés il fait chaud à l’arrêt. Je repars pour profiter de l’air de la légère descente. La pente s’accentue. Quelques Km plus bas, je vois un VTTiste s’arrêter net pour prendre un chemin sur la gauche. Cela me permet  d’apercevoir la bosse à la Ch’coBob annoncée. En un peu moins d’un demi Km il faut s’élever 71 mètres sur un terrain rocheux avec des racines et des saignées. J’envoie le 22/36. Les jambes piquent rapidement. Un participant est en perdition et stoppe devant moi. Je suis obligé de plonger dans une ornière pour l’éviter de justesse. Je ne sais par quel miracle je reste en selle. Un peu plus haut ce sont deux jeunes participantes qui posent pied à terre à 15 cm de ma roue avant. Je n’ai même plus la force de crier pour que le passage se libère. Je joue des épaules pour me faufiler. Victorieux de ce mur je poursuis tranquillement pour récupérer. La fin du ride est proche. Une longue piste monte et descend. J’en profite pour me faire faire mal aux jambes ayant en point de mire un groupe. Les  3 derniers Km se font par le macadam. J’en termine avec le 32 à 21H30. Un passage au bikewash. Je m’ingurgite le traditionnel pain saucisse tout en discutant avec Madame et Monsieur pain saucisse du comité. Même si la saucisse est une vraie saucisse de charcutier le prix est un peu trop élevé (3€20 !).
Je reprends la direction de la France satisfait dans l’ensemble de cette sortie : un fléchage irréprochable, une organisation conviviale,  un parcours varié avec des passages roulants (un peu de trop sur la fin), quelques endroits techniques, de belles bosses, et du single.  Pour une première organisation les traceurs ont gagné leur pari.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.