La der avant le jour J

Au programme de ce dimanche la dernière reconnaissance avant la randonnée. A l’issue de ces quelques heures de selle nos traceurs, pour ne pas dire baliseurs pour certains, seront prêts à être lachés dans la forêt élanaise.
En plus de la troupe des semaines précédentes nous avons le plaisir de retrouver Reynald qui à fini par conclure un rendez–vous après une relation épistolaire sur le site « jadopteunesecrétairedeladmnistration.com ». Barnab s’est joint à nous sans doute impatient de découvrir ce nous lui réservons pour ce prochain dimanche. Après une courte apparition notre écureuil est parti courir après d’autres noisettes alors qu’Arnaud et parti jouer les Francky Vincent sur un air de la compagnie créole.
Tout le monde est à l’heure. Enfin presque car bien qu’étant en avance je m’aperçois que je ‘ai pas de chaussures. Les crocs n’étant pas taillées pour le profil du jour je me vois obligé de rebrousser chemin afin de me pouvoir de l’attribut manquant.
C’est donc avec quelques minutes de retard que nous émouvons derrière Eric qui nous guide tel Mahomet à la tête des musulmans chassés de La Mecque.
Nous suivons la trace du 45kms entre la source Saint-Roger et la ferme de Flamanville. Une première ascension nous échauffe rapidement. Le terrain sec nous permet de gravir rapidement cette première difficulté. Une fois regroupés nous enchainons la première descente, rapidement suivie d’une nouvelle montée cette fois beaucoup plus longue. Fred en profite pour se faire remarquer en crevant.
Nous quittons la trace commune aux deux grands parcours pour  nous engager sur une première boucle. Le bilan est simple : single, montée, descente, montée, mare de boue, single et nous voila de nouveau sur un secteur commun. Nous embrayons rapidement sur l’Arnoz. Je retrouve Fred couché sur le sol. Pour une fois il n’est pas tombé mais seulement en train d’immortaliser notre passage.
Guitou nous fait découvrir ses talents de traceur d’épingles. Rapidement il nous faut de nouveau monter. Puis descendre et de nouveau monter avant de descendre. Bref ca commence à piquer les jambes.
Eric connaissant bien le secteur nous nous économisons d’une nouvelle montée. Je propose de regagner le début du parcours pour cette fois emprunter la trace du 30kms. Malheureusement dans cette région quand on veut se limiter la distance on s’augmente le dénivelé. Après 700m de montée à 15%, nos cuisses commencent à plus ressembler à celle de Susan Eman qu’a celles de Flora Coquerel (Google est mon ami LOL).
Même si le parcours est plus facile, après le passage du Guitou (en ardennais dans le texte) nous décidons d’emprunter un tronçon de route pour nous faciliter l’ascension. Le reste est du pur plaisir avec une descente de plus de 2kms.
Nous regagnons nos véhicules par la route afin d’avoir le temps de prendre un verre chez notre nouveau partenaire « L’Etangs d’Elan ».
Cette fois nous sommes fin prêts. Yapluka !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.