L’écureuil spermophile

En ce dimanche de fin octobre, le froid était bien présent de bon matin. Le rendez vous était donné chez notre président, ce fut un rassemblement en nombrepour le RAID ;  pas moins de douze vététistes était au départ. Des anciens (et je ne dis pas cela pour notre président) mais aussi de nouvelles tétes venus se rendre compte de la bonne humeur de nos sorties. Je me dois ici de tous les citer compte tenu de la belle performance de chacun : Lorenzo, Eric, Laurent CB, Jean-Pierre, Maxime, Clément, Fred, notre président, Arnaud un petit nouveau,et enfin les deux plus courageux Yann et moi venus en vélo.
Notre président avait prévu de reprendre le tracé du trail ‘loween de NOUVION-SUR-MEUSE afin de nous permettre de réaliser de nouveaux repérages pour notre rando de 2013. Après avoir vérifié que chacun a des pneus qui démoule bien, nous prenons notre chemin. Les plaisanteries vont bon train, comme notre petite troupe qui à plus l’air d’un TGV qu’au petit tortillard si cher à Plastic Bertrand. Si bien que nous finissons par perdre notre JP national avant d’attaquer la première montée dans les bois. Le terrain est sec grace aux premières gelées. Mais cette première grimpette est toujours aussi difficile pour les vieilles jambes. Les jeunes nous doublent avec une facilité déconcertante.
Ce périple nous mène dans les bois près de la ferme Flamanville où nous prenons un single enfin nettoyé grâce au petites mains des bénévoles du  trail’loween. Nous remontons la côte qui nous réchauffe rapidement. En, haut de celle-ci  nous enchainons sur des chemin de débardage relativement proprse et bien remis en état. La seconde partie de l’ascension avec un joli pourcentage marque les esprits et annihile les espoirs de certains de parvenir au sommet sans mettre pied à terre. Trois chevreuils nous font grâce de leurs visitent en fuyant les bons comme les mauvais chasseurs. L’ensemble de la troupe décide de partir en freeride afin de retrouver le chemin d’une superbe descente, mais comme le hasard fait mal les choses, nous coupons une chasse. Nous rencontrons des hommes en fluo, trés polis et courtois, ils nous permettent de traversée leur zone de chasse. Comme nous parvenons enfin au sommet une pause s’impose. Pendant que certains mangent leur petite barre de céréales préparés par leurs mamans, d’autres urine contre les arbres en comparant leur sexe à des  spermophiles.
Les spermophiles (genre Spermophilus), encore appelés sousliks ou écureuils terrestres, sont des rongeurs de la famille des écureuils, aux mœurs terrestres. Spermophile signifie « qui aime les graines », du grec sperma : « graine » et philein : « aimer ». Les spermophiles sont des écureuils à petites oreilles, à abajoues et dont la queue est assez courte et plus ou moins fournie.
Vous comprenez maintenant beaucoup mieux pourquoi une telle comparaison.
Nous continuons notre rando, jusqu’au single des trous d’obus : un endroit de prédilection pour notre club. Lorenzo a des fourmis dans les pédales, suivi par son ombre par notre écureuil spermophile, ils enchainent des jolies descentes dans le dernier et le plus gros des cratères nous démontrant brillament leur talent d’enduriste. De là nous redescendons à la source à Roger où les plus téméraires, chauds comme des cabanes à frites, traverse le ruisseau. Parvenus à l’office du tourisme du pays des sources au val de Bar notre groupe se sépare de deux de ces membres attendus pour manger à douze heures précises. Un pretexte trouvé le matin même sur excusesbidons.com voulant tout simplement dire « je n’ai plus de jambes ».
Nous gravissons la côte du Terme et finissons par la descente du « faussé ». Nous faisons notre retour à Nouvion par du chemin roulant.
Notre président nous offre le verre de l’amitié. Après Laurent « la malle des indes », Eric « le briseur de base », cette fois c’est Arnaud dit « Ornières Man » qui rejoint notre groupe. Il n’y a pas à dire le recrutement au RAID en ce moment est d’un niveau exceptionnel. Vraiment une très belle sortie où l’osmose entre les anciens et les jeunes s’est fait rapidement.

Pour éviter toute polémique et limiter le suspense. Notre écureuil spermophile n’est d’autre qu’un presque marnais roulant sur un vélo poilu. Mais surtout ne lui en parler pas il est déja assez complexé comme cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.