Bouillon dans la Brume

Sortie en ordre dispersé pour ce dernier week-end avant la reprise de la chasse. Romu et Stéphane étant partis faire preuve de générosité en roulant sur une randonnée organisée à Villers Marmery dans le but récolter des fonds pour la lutte contre la mucovicidose, Jean-pierre et les boys roulant à Libramont et Guitou profitant une denrière fois des la vallée de la Semoy je me suis retrouvé avec Eric afin de refaire le parcours des 40kms du Grand Raid Godefroy 2012. Contactté par Mickael sur Facebook, je lui propose de se joindre à nous.
Nous nous retrouvons donc sur le parking du terrain de football de Bouillon à 8H30 alors que le soleil est loin derrière le brouillard. Les conaissances faites rapidement nous prenons la route pour sortie de la ville. La température est de 4°. Une fois traversé sous la nationale les choses serieuses commencent avec une gentille grimpette de 4 kilomètres qui nous permet de nous réchauffer. Après une courte descente nous attaquons une seconde montée de cinq kilometres cette fois qui nous amènera au sommet de cette sortie. Les montées ne sont pas difficiles mais nous avons l’impression de grimper tout le temps. Ce qui n’est pas loin de la vérité.
Enfin nous arrivons à la récompense : une descente de plus de sept kilomettres qui nous conduit à Dohan sur les traces du raid des sorcières. Le final se fait par le franchissement de la rivère que je serai le seul à faire dans l’eau alors que mes compagnons de jeu se la feront petit bras en empruntant le pont. C’est vrai que les pieds mouillés il fait plutot frisquet. surout que le soleil qui nous avait accompagné sur les hauteurs est de nouveau caché derrière la brume. Nous profitons de la traversée du village pour faire une pause ravito.
Après ces quelques minutes relaxes, nous reprenons notre chemin. Un beau petit coup de cul nous permet de nous réchauffer. Nous enchainons par une ascension sur route se terminant dans un petit chemin plein de cailloux et de racines.  Nous voila de nouveau au dessus des nuages, la température est légérement plus chaude. J’en profite pour ouvrir le coupe-vent. Mais cela va durer peu de temps car nous enchainons par une belle descente qui va nous nous mener 170 mètres plus bas.
Nous traversons une route avant de pénétrer de nouveau dans le bois et de découvrir ce qui va être le plat de résistance de la journée : un magnifique montée pleine de racines et de cailloux, bien grasse et creusée d’ornières par les fortes pluies de la semaine. Michael en va profiter pour dérailler pour la troisième fois. Nous essayons de faire ce que nous pouvonsmais les 800 mètres à 16% sont au dessus de nos capacités avec ce terrain gras. Nous mettrons tous trois le pied a terre à plusieurs reprises. Enfin nous arrivons au sommet. Je rassure mes compagnons en leur annoncant que nous sommes en haut et que nous n’avons plus qu’un grand passage plat avant la descente finale.
Au bout de quelques minutes nous nous retrouvons au belvédère où nous croissons une horde de randonneurs flamands. Je propose de finir le parcours par ma spéciale. Mickael et Eric sont d’accord si on ne grimpe plus. Je leur fais cette promesse. Nous nous dirigeons vers les points de vue au dessus de l’abbaye de Cordemois et du moulin de l’épine. Avnt de descendre les rochers avec les spads sur le dos et d’enchainer par la descente dite du dérailleur qui nous donne la banane.
Il est midi moins dix quand nous nous retrouvons aux véhicules fatigués mais heureux de notre chevauchée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.