Journée Terry Fox

Aujourd’hui c’est journée citoyenne car nous avons décidé de rouler utile. Le petit village de Alle organise la Journée Terry Fox.
Terry Fox fut atteint d’un cancer des os en 1977 et suite à cela, il fallut l’amputer dela jambe droite au-dessus du genou. Pendant son hospitalisation, il fut tellement traumatisé par la souffrance des autres patients atteints de cancer qu’il décida de traverser le Canada en courant pour recueillir des fonds pour la recherche sur le cancer. Il intitula ce périple le « Marathon de l’Espoir ».Cette course eu lieu en 1980 dans le simple but d’informer les Canadiens de l’importance de trouver un remède contre le cancer. Grâce à sa détermination féroce, il parcourut en moyenne 42 kilomètres par jour pendant 143 jours. Terry fut obligé d’arrêter son marathon le 1er septembre 1980 lorsque son cancer se propagea aux poumons. En son hommage il est organisé partout dans le monde des manifestations sportives.
Rendez-vous fixé sur les spads pour 8H45, je passe prendre Guitou afin de retrouver Chritophe et Eric pour rouler. Arrivé sur place à 8H30 nos deux compagnons de route sont déja dans les starting-blocks. Eric revêtu d’une seyant pantalon survetement. Il est vrai que le fond de l’air est frais. Je demande des nouvelles de CBJF et mickael qui devaient partir vers 7H30 pour le 65kms. Quant à nous nous nous engageons sur le 55kms qui nous convient très bien avec le 1100m de D+. Eric la joue petit bras ou plutot petites jambes préférant se limiter à 45.
Nous attaquons par un petit tronçon de route qui se prolonge par un morceau de piste cyclable. Mais rapidementse fait le partage des parcours les plus courts et des plus longues distances. Pour notre parcours c’est parti pour la première montée. Une petite grimpette de 3 kilomètres que nous monterons chacun à notre rythme. A peine avons nous profité de quelques hectomètres de plat que nous basculons dans un long single descendant. Nous dévallons ces deux kilomètres de descente   technique avec une banane jusqu’aux oreilles. Nous voila de nouveau au niveau de la Semois nous traversons le village de Vresse-sur-semois avant de retrouver un chemin qui va de nouveau nous faire gagner les hauteurs. Mais arrivés vers le 10ème kilomètre les parcours 45 et 55 se séparent. Enorme dilemme pour Eric qui hésite entre finir tranquillement seul ou souffrir avec nous. Le choix est vite fait car en quelques sorties Eric est devenu accro à l’humour de Guitou. Pendant que nous grimpons j’entend des vététistes vociférer dans un lacet en dessous. Il sagit de CBJF et Mickael. devant partir de bonne heure ils sont finalement partis après nous et du 65 il partiront comme nous sur le 55kms.
Nous effectuons une boucle sur les hauteus de Vresse avant de finir par une belle descente technique pleine de cailloux. En bas de cette descente CBJF explose se deux pneus. Nous passons quelques temps avec lui mais la réparation étant plus difficile que prévu nous le laissons en compagnie de Mickael à des opérations de bricolage pensant qu’il ne vont pas tarder à nous rattraper. Nous ne les reverrons pas de la sortie.
Nous traversons la Semois pour cette fois en explorer la rive gauche ou plutot ses hauteur car après une nouvelle longue ascension nous ne quittons plus les hauteurs. Fini les singles et les passages techniques. Les chemins se font plus larges même s’il restent toujours agréables par contre ils ne cessent pas de monter et de descendre. En de petites proportions mais le cumul commence a faire mal aux jambes. Pour Eric il y a des moments ou tout va bien et d’autres où c’est beaucoup plus dur. Pour qui c’est un maal de dos qui le prive de son allant habituel tant dans le coup de pédale que dans le coup de langue.
Avec Christophe nous remarquons un jeune vététiste qui nous double fréquement avant de s’arrêter. Nous décidons de jouer un peu avec lui et dés qu’il nous double nous lui enboitons la roue pendant quelques minutes ce qui l’oblige à relancer fréquement. ensuite nous le laissons partir. Nous le retrouvons quelques mètres plus loin soufflant et transpirant et lui demandons si tout va bien. Nous renouvellons jusqu’à l’arrivée ce qui lui vaudra de se perdre dans le village n’ayant plus toute sa lucidité.
Pour ce qui est de notre fin de parcours, avec Guitou ayant pris un cachet contre la douleur et Eric ayant retrouvé quelques jambes nous finissons tranquillement notre parcours sur les hauteur avant d’enchainer une dernière descente de près de 3 kilomètres vers la rivière qui nous aura quigée durant tout notre périple et que nous longerons jusqu’au terme de la rando.
Nous passons un dernier moment de convivialité autour d’une boisson houblonnée avant de regagner nos véhicules et regagner nos foyers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.