Comme un air de reconnaissance

Pas de randonnée en ce deuxième week-end de septembre, mais il reste peu de temps avant da reprise de la chasse, alors nous avons décidé d’en profiter pour faire une sortie en forêt d’Elan.  Romuald, Guitou, qui est venu en spad de chez lui, Eric et Bertrand sont là. Bertrand est habillé comme pour une expedition en antartique, c’est vrai qu’il ne fait pas chaud, mais le parcours prèvu va vite nous imposer une montée en température.
C’est parti par un classique bord de Meuse afin de tourner les jambes et de s’échauffer. Nous quittons le bords de Meuse afin de gagner Boutancourt et enfin prendre un peu de hauteur. La première montée si elle est courte fait monter le rythme cardiaque très haut. Nous enchainons par un single avant d’à nouveau grimper. Cette fois nous sommes chauds, il est temps pour certains de retirer les couches de vetements de trop. une belle sescnte s’en suit qui est juste là afin de nous permettre de mieux grimper derrière. La côte de la ferme Eva…rien que d’entendre ce nom nous fait mal aux jambes. Pour la suite je laisse Bertrand nous guider dans ce secteur qu’i connait comme sa poche. Il nous fait découvrir deux descentes très raides et très technqiues. Seuls quelques arbres couchées en travers entachent notre plaisir. Guitou propose à Eric de venir passer ses heures perdues à débarder les arbres nous gênant contre une majoriation de sa cotisation au club…
Après ces petits moments de plaisir il nous faut de nouveau grimper pour rejoindre la côte d’enfer rendue de nouveau accessible par les forestiers mais bien dégradée. Nous voila sur le domaine de Pirate qui nous accueil encore une fois de manière très bruyante. Malheureusement ce passage est toujours bouché par les grumes laissées en travers du chemin depuis plusieurs mois. Il en faut plus pour nous décourager. Nous attaquons l’ascension pas la côte à cailloux non sans avoir laissé Bertrand rentrer par la route celui-ci devant rentrer tôt. Le terrain est très sec ; pour la première fois depuis que nous roulons dans le secteur nous trouvons un passage habituel sans boue.
Nous faisons découvrir un de nos passages préféré à Eric qui découvre la région.
Un dernier effort nous permet de découvrir un nouveau single encore difficilement trouvable au milieu des orties et autres plantes piquantes, qui nous vaudront une séance d’époullage afin d’ôter  les chardons plantés dans nos vêtements.
Une dernière belle descente, où notre style fût admiré par de jolies demoiselles en robes blanches, nous ramène sur de grands chemins roulant qui nous permettent de rentrer avant les douze coups de midi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.