RAV Party 2012

En ce premier jour de mai le club organisait pour la deuxième année sa sortie phare de l’année à BOUILLON. Après quelques reconnaissance plusieuses le ciel avait fini de déverser ses flots quelques heures avant le départ. Stéphane, Romu, Guitou, Yann, Laurent et Sébastien un peu à la bourre comme d’habitude s’étaient jont à moi afin d’accompagner nos invités sur les pentes bouillonaises. Un grand nombre de membres du forum 08VTT étaient présents pour découvrir ou redécouvrir ce parcours tracé pour l’amusement du plus grand nombre : Christophe, Eric, Maco, Alex, Yoan, Florent, Tophe, Froy et notre belge préféré Fred. A 8h50, après un petut café nous sommes tous sur les spads afin de démarrer les premières hostilités. Après quelques mètres de bitume nous attaquons une première « grimpette » qui nous emène à la première descente de la journée. Cette première toute en lacets large afin de se faire la main se termine par une volée de marches qui laissent la banane à tous les participants. Durant ce premier tronçon Seb nous a gratifié d’une de ses figures dont il a le secret. Mais chuttt personne ne l’a vu. Nous longeons tranquillement la Semois pour montée une nouvelle fois sur les hauteur de Bouillon, jusqu’au belvédère où Christophe avec l’assistance avisée de Fred en profite pour resserrer un peu sa selle qui couine depuis les premiers tours de roues. Rapidement nous quittons les lieux envahis par les moustiques très en formes avec ces nombreux jours de pluie. Après cette partie nouvelle nous empruntons un chemin connu son profil en faux plat descendant nous permet de lacher les chevaux pour atteindre une zone de portage au dessus de l’abbaye de Cordemois. Une fois fini la partie escalade nous enchainons sur une nouvelle descente en single avec quelques beaux lacets qui nous ramènent au niveau de la rivière qui sera le fil conducteur de notre sortie. Après avoir effacé le sourire de nos visage nous attaquons une nouvelle montée d’un peu plus de deux kilomètres qui nous permet d’enchainer sur un pierrier transformé en ruisseau par les pluies recentes. Encore une fois tout le monde est heureux de ce nouveau passage mais très bientot il faut remettre les jambes en action pour gagner Botassart et le point de vue sur le tombeau du géant.
Arrivés en haut les habitués réclament la descente enduro empruntée lors de l’édition précédente, mais une nouvelle surprise est au programme. Nous gagnons le terrain de football de la commune et nous enfonçons dans le bois jusqu’à une pointe rocheuse que je propose aux plus téméraires de descendre en freeride. Je contourne la difficulté avec les plus sages et nous retrouvons au pied des rochers. Il Nous reste une jolie traversée de rivière que chacun s’emploi a passer du mieux possible. Sur le vélo pour seb, en cherchant le moyen de l’enjamber le plus facilement comme Stéphane ou en mettant les pieds dedans comme Guitou et moi. Nous nous faisons une nouvelle montée avant de basculer dans une nouvelle vallée. Dés que la pente devient négative les furieux lachent les chevaux malgré mes cris annoncant qu’il va falloir prendre un petit chemin discret sur la gauche. Bien entendu seuls ceux roulant avec ou derrière moi trouveront l’entrée de ce joli single du premier coup. Les autres seront bon pour se faire un aller-retour pour revenir à l’mbranchement. Après un petit passage boueux et entravé par quelques arbres couchés nous entamons enfin la dernière montée avant Rochehaut où nous attend un ravitaillement grace à l’aide de David qui nous a positionné son véhicule sur le point de vue sur Frahan. Le ravitaillement est le bienvenu pour tous car il est 11H50 quand nous arrivons. La quasi totalité des victuailles est avalée en quelques minutes. Une fois le plein des sacs fait nous reprenons le chemin. Nous sommes à mi-parcours mais la seconde partie est plus roulante. A 12H05 nous enchainons la descente vers Frahan. Le dernier passage est un peu chaud mais la solidarité permet a tous de le passer sans encombre. Une fois la passerelle franchie nous prenons un petit tronçon de route plate histoire de faire tourner les jambes après la pose et avant de reprendre les choses sérieuses. Nous croisons le chemin des crêtes de Frahan sans l’emprunter. Pour aujourd’hui nous éviterons les échelles, réservant cela pour une sortie entre initiés. Nous voila au pied de la première difficulté de la seconde partie : une longue montée qui va nous conduire au dessus pic du midi où nous prenons le temps de jeter un oeil sur Poupehan en contrebas. Nous reprenons nos montures pour rejoindre de nouveau les bords de Semois au niveau du pont de Poupehan que nous avions aperçu d’en haut quelques minutes avant. C’est le moment que Yann choisi pour nous faire le coup de la crevaison. Nous profitons de cette pose improvisée pour souffler avant d’attaquer la dernière grande côte du jour. Après ces quelques minutes nous entamons l’ascension vers le tombeau du géant que nous traverserons sans nous en appercevoir avant de passer près du gros hêtre, sans y jeter un oeil pour la plupart. Nous suivons les crêtes par un chemin qui enchaîne montées et descentes qui sans être très importantes marquent les organismes vu les mètres de D+ que nous avosn déja dans les jambes. Nous voici enfin au rocher du pendu afin de prendre l’avant dernière descente de la journée. Un magnifique passage tout en lacet très serrés qui demande une belle maitrise du spad. C’est le moement que je choisi pour me claquer à la cuisse ce qui me vaudra de me rouler par terre pendant quelques minutes avant de pouvoir finir la descente à pieds en claudiquant. C’est à coté du vélo que je vais rejoindre mes camarades au niveau du camping de Bouillon.  Je confie alors les rennes de la sortie à Yann qui avait fait une reconnaissance avec moi afin de faire profiter les volontaires de la dernière bosse avec la célèbre descente de la Ramonette et son superbe point de vue sur Bouillon. Romu, Stéphane, Laurent, Guitou, Sébastien et Christophe m’accompagnent jusqu’au parking tel les appotres accompagnant Jesus sur le mont des oliviers. Le temps de ranger les spads, de se changer et d’ouvrir quelques boissons, nos compères nous rejoingnent pour prendre un verre avant de tous aller poser nos fesses devant de bonnes frites-fricadelles et lever notre verre à la santé de Fred qui vient de fêter une nouvelle année. On se croirait presque dans les banquets de fin d’aventure d’Astérix. Une première partie très physique et technique, une seconde plus roulante tout en restant technique permirent à tous , sauf moi, de finir en pleine forme les 43 kilomètres de ce magnifique parcours que nous ne tarderons pas à refaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.