Un Tiersan reconnaissant

A un mois de notre randonnée annuelle nous avions décidé de faire le Tiersan afin que chacun puisse mémoriser le tracé en vue du balisage mais aussi de voir si de nouveaux arbres n’étaient pas tombés en travers des chemins suite à l’enchaînement des dépressions. Si la vieille garde avait répondu présent,  c’est avec plaisir que nous retrouvons nos nouveaux membres ainsi qu’un éternel nouveau membre. Au final c’est donc une troupe de huit raidars qui s’élance à l’assaut des trente-cinq kilomètres de chemins : Florian, Stéphane, Michael, PTR, Arnaud, ChocoBob, Guitou et moi.

Une belle troupe de raidars au soleil levant

En guise d’échauffement nous prenons le chemin noir. Le train des plaisanterie est plus rapide que celui de nos montures. Alors que nous jetons tous l’éponge dans la montée de l’IME soit par insuffisance physique soit par manque d’adhérence, Stéphane tel le cabri parvient jusqu’en haut sans encombre. Nous continuons tranquillement jusqu’à l’entrée de la Larchant. Florian tente d’exprimer son plaisir d’être enfin en haut de cette longue montée avec le peu de souffle qui lui reste. Nous constatons que des tremplins ont été construit en travers du chemin dans le sens inverse, nous obligeant à descendre du vélo pour les enjamber. Nous œuvrons depuis plusieurs années pour développer la pratique du VTT dans notre secteur, mais si nous comprenons l’intérêt ludique de ce genre de module, nous ne pouvons que regretter qu’ils aient été faits sans autorisation et sans tenir compte des autres.
Au moment où nous traversons la route de Saint-Marceau nous rencontrons un copain de Hockey d’Arnaud et un autre vététiste. Cyril et Jérémy décident donc de nous accompagner.
Nous poursuivons notre chemin sans encombre les arbres ayant eu la bonne idée de tomber en dehors de nos passages. A la fontaine de Ranvaux nous décidons de traverser un bourbier plutôt que d’emprunter un passage totalement dévasté. Finalement avec un peu de cuisseau et pas trop de réflexion ça passe. Un peu plus loin,je propose à Florian de couper une grosse montée ce qu’il accepte avec plaisir. Micha nous accompagne ayant peur d’être un peu juste physiquement pour cette reprise.
La difficile montée de Singly est contournée par la route par Florian accompagnée par Guitou et PTR. L’heure avançant nous décidons d’écourter la sortie en terminant à la source Saint-Roger et en rentrant par la route. A la source nous assistons à une partie de chasse au chien, nous faisait penser que même si nous avons parfois des difficultés à maîtriser nos vélos, généralement, ils restent où on les laisse.
C’est au moment où nous attaquons le retour que la pluie se met à tomber. Mes camarades, tels la rombière sortant du salon de coiffure et ne voulant pas ruiner sa permanente, mettent tout à droite pour regagner la SMA. Avec Cyril nous accompagnons Florian qui ne peut pas suivre le rythme imposé.
Nous avons encore une fois fait une belle sortie émaillée de franches rigolades, de bons passages techniques, de vrais efforts et de belles rencontres.

3 thoughts on “Un Tiersan reconnaissant

  1. Florian

    J’étais venu pour souffrir, je n’ai pas été déçu… Hier après midi, je n’avais plus du tout de jambes 🙂
    Encore merci à toute l’équipe pour l’accompagnement et désolé si je vous ai un peu ralenti

  2. PTR

    Les quatre derniers kilomètres furent effectués à un rythme d’enfer……quatre s’élancèrent avec des provocations et des regards de défi…..Arnaud et guitou ont engagé la bagarre, suivis de moi et stéphane en embuscade…….vainqueur final le valeureux Stéphane qui me devance d’une vingtaine de mètres……guitou et Arnaud lâchés au chemin noir….on a envoyé du bois vert ! ….quel bonheur ces fins de randos à fond !!
    Joli compte rendu Président

    1. stephane petit

      Une très belle sortie pour une matinée ardennaise pas du tout pluvieuse(ou presque) comme prédite par dame météo.Merci pour la comparaison avec le cabri car celà me rappelle mes origines « deux-chèvriennes »(les Deux-Sèvres se situant dans le Poitou-Charentes pour ceux qui ne connaissent pas déjà ce département de l’ouest de la France riche en élevage de caprins).Une belle matinée dominicale parmi de chaleureux vététistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.