Truies à volonté

Je lance un appel au ride en fin de semaine. Yann et Reynald font part de leur petite forme. Arnaud ayant perdu son axe de suspension dans les bois d’Olloy est bien peu motivé pour s’enfiler les km du GRG sur son mulet. Jipé a réservé son week-end pour un pèlerinage en 2 roues motorisé. Guitou se sent l’âme de l’enduriste de la vallée. Laurent et Stéphane quant à eux ont décidé de faire la foire chacun à leur manière. L’idée de partir de Montcy pour un 40Km sur proposition de Yann est retenue.
Je m’aperçois samedi en début d’après-midi que mon stock de produit psychoactif que j’arrête de consommer chaque samedi à 16H jusqu’au jour suivant à la même heure ne me permettra pas de tenir plus de 12H. A 21H me vient l’idée d’associer l’utile à l’agréable : je me rendrai au Luxembourg pour répondre à ma dépendance nicotinique après la rando de Virton … de quoi amortir doublement le déplacement.
Je m’inscris à 8H30 sur le 55Km. Je suis informé qu’après le 1er ravito il me faudra suivre les flèches agrémentées d’un « V » la trace coupant à plusieurs reprises le parcours d’une course à pied. Ca commence bien : je fais un petit tour gratuit avant de partir dans le bon sens. Les 3 premiers km se font par le goudron avant de mettre les roues sur des chemins de plaine bien carrossables. En bas d’une descente caillouteuse je propose mon aide à un participant en délicatesse avec une crevaison. Un peu plus loin je me retrouve au pays des cochons. Si en France nos pâtures sont recouvertes de bovins ou de bovidés, sur les hauteurs de Virton il s’agit de suidés. Magnifique spectacle ! Une vingtaine de truies, ayant mis bas chacune assez de porcelets pour monter une équipe de foot, allaitent leurs petits. Après ce moment insolite les choses sérieuses débutent par une longue montée dans les bois suivie d’une descente encaissée. Je recolle le 45km et me retrouve 200 mètres derrière un tandem. Je me lance le défit de le rattraper. Il me faudra attendre des chemins moins roulants pour apercevoir la marque du pneu arrière de ce bike à deux places. Le parcours entre dans une prairie privée pour rejoindre un single ludique descendant. La suite reprend des pistes de plaine. Si elles ne sont pas techniques elles ne cessent de monter et chauffent les cuisseaux. Les paysages sont agréables. Le 55 tourne à droite pour franchir une belle bosse au milieu de la forêt. J’en profite pour me faire mal aux jambes.
Le 1er ravito est placé idéalement au 15ème km. Il est achalandé correctement proposant même de l’ananas frais. Une ambiance bon enfant le caractérise. Je remonte en selle pour plusieurs Km de roulant. J’arrive à maintenir une moyenne de 18 Km/H. Je relève le pied 30km restant à parcourir. Le 55 quitte le 45 pour proposer une boucle plus technique. Ca monte et ça descend. Un long single joueur légèrement descendant me permet de me régaler au milieu des fougères. Ce pentu se termine par le franchissement d’un fossé. Si je le passe sans problème, je ne m’arrête qu’à 1 cm de la tente d’un couple d’italiens masquée par la végétation. Mon équilibre (involontaire !) sur la roue avant les fait exploser de rire. Je me retrouve devant un mur de 20 mètres à 18%. Le sol étant sec je le gravis sur le spad. Au 2ème ravito j’apprends qu’il reste 14 Km alors que mon Mio m’indique 32km de parcourus. Après échange avec l’équipe du club de Longwy j’aurai raté un croisement en bas d’une descente. Je remonte en selle après m’être alourdi de quasi 1 kg d’ananas (quand on aime on ne compte pas surtout quand le fruit n’a que peu de succès). Quelques chemins forestiers un peu gras et je rejoins les petits parcours. Avant de retrouver les chemins agricoles finaux une bosse dans de l’herbe épaisse est à monter. Ayant gardé de l’énergie pour une distance plus longue les jambes ne me brûlent pas trop. Je termine les derniers km à fond.
Après ces 900 mètres de D+ en 46Km (roulants avec quelques passages ludiques bien situés pour éviter l’ennui) je me restaure d’un pain saucisse. Je réponds aux questions d’un organisateur en extase devant le Pivot. Avant de prendre les 20 minutes de route vers Capellen, le club de Longwy me demande de prendre le groupe en photo. La chose est faite mais sans lunettes de vue je ne peux certifier le résultat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.