Ohé Ohé marcassin abandonné

Nos pères étant parti chasser la (le) brésilienne en forêt de Fontainebleau nous (les jeunes marcassins) avons décidé de nous prendre en main en ce premier dimanche de février. Nous organisons donc notre propre rando.

9h00, personne devant la maison, c’est mal parti. Un lourd sentiment de solitude vient de me tomber sur les épaules. Heureusement, une lueur étincelante apparait en haut de ma rue. J’aperçois Choco Bob tel un chevalier blanc emmenant dans son sillon l’ami Frédéric et l’ami Mickael. Après les formalités d’usage entre gens de bonne compagnie et les explications inutiles sur le loupé du premier rendez-vous, nous décidâmes de partir  vers les sommets ardennais.
Allez hop en selle, direction le deuxième Chaîneau en passant par Etion village. Ca roule et nous sommes surpris par la bonne tenue du terrain (On avait plutôt prévue bain de boue). Une bonne montée avant de couper l’axe Charleville-Monthermé et nous sommes ‘chaud patate’ pour attaquer dans le dur. Choco Bob nous promet d’être à température vers 12h00, on le laisse remettre son starter et on enchaîne dans une montée longue, longue, longue et surtout glissante. On enchaine par une descente sympa en temps normale mais là c’est ‘holliday on ice’. Ayant décidé de mettre une note de style à la fin de cette randonnée, chacun y va de sa figure libre.
Nous voilà saint et sauf arrivé au pied de Mellier –fontaine. On attaque la montée par la route et Mickael nous dit ‘ je connais par ici, y a un mur impossible à monter’, je lui rétorque que cela tombe bien car il est au programme. La troupe se met en branle et suit Mickael qui imprime le rythme de la montée. Houlà c’est du pentu, nos montures rechigne devant l’effort mais nous sommes tous arrivé à bon port sans poser le pied à terre (on avait échoué à cet endroit il y a 2 semaines).
Après cette montée digne de l’Everest nous décidons de rejoindre Bogny sur Meuse par du roulant afin de calmer nos petits palpitants. Fatale erreur, le chemin habituellement si tranquille a été massacré par des engins de débardage. Malgré une descente à 45° et nous sommes obligés de pédaler fort pour avancer. Mickael se trouve planté en pleine descente dans la boue en voulant faire l’intérieur à Frédéric. Arrivé en bas de cette descente nous croisons une colonne de Quad (facilement 15) parti conquérir le bourbier que l’on venait de quitter. A 10 minutes près ç’a aurait été l’enfer.
Après avoir fait un petit coucou aux 4 fils Aymon, nous remontons vers le terrain de motocross de Bogny. Les jambes commencent à être lourde et pourtant nous entamons la montée du mont Mellier –Fontaine par la face sud (après la face Nord tout à l’heure).  La loi élémentaire dite ‘gilette’ s’applique lors de cette montée. Une première partie bien raide avec des ornières pour couper les pattes puis un coup de cul sur les 80 derniers mètres histoire de ne pas les laisser repousser. Mais nous en avons déjà vu d’autres et nous passons l’obstacle non sans mal.
De retour dans les bois de la Havetière, nous avons une dernière épreuve  avant de pouvoir se laisser descendre sur Charleville. Les marcassins sont bien fatigué mais l’esprit de la horde nous permet de monter cette dernière difficulté ensemble.
Après un retour expédié à toute hâte pour être rentré à 12h00 à la maison, nous pûmes déguster une bonne bière chaude (ouai, léger défaut d’organisation).

Donnée technique de la sortie : 28km500 / 11.2 km/h / 782m de D+

PS : nous avons eu  une pensée émue pour les hémorroïdes de GUITOU qui ont du être fortement sollicité dans la nuit de samedi à dimanche (à moins que ce soit ceux de Stéphane ou les deux). Les derniers kilomètres de leur rando ont du être très douloureux. Je vous renvoi au CR de la sortie des sangliers pour plus de détails.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.