Après l’assomption, la passion

En ce vendredi nous étions encore quelques membres du Raid à être en vacances et à être resté dans les Ardennes. Avec Seb et Yann nous avions décidé de nous faire une sortie en forêt d’Elan. Rendez-vous pris pour 8H45 pour rouler sans avoir un parcours particulier en tête juste une vague idée du secteur d’évolution.
Yann arrive un peu en avance. Nous allons chercher Seb. Nous partons par un classique bord de Meuse avant de rouler tranquillement jusqu’à Boutancourt. Jusque là le profil est complétement plat. Nous nous engageons derrière l’I.M.E. Cette fois nous sommes dans le vif du sujet. La première difficultéé de la journée voit Yann poser pied à terre et pousser son spad pour atteindre le somment. Nous enchainons singles et chemins plus larges. Nous avons fait à peine 12kms et avons déja près de 300m de D+.
Une fois dans les bois d’Enelle je demande à Seb de me montrer une belle descente que nous avons déja emprunté mais que je n’arrive pas à retrouver. Après avoir tourné une demi-heure dans le coin nos n’avons toujours pas trouvé le passage convoité. Nous décidons de changer de secteur et de voir si les forestiers ont remis le chemin de la côte d’enfer en état. Heureusement que le terrain est sec car les engins ont laisé beaucoup d’ornières mais la descente est accessible. Si l’acces est difficile la descente en elle même à été élargie et bien nettoyée. Yann et Seb ont profité de ce secteur pour échanger leurs vélos.
Nous sommes maintenant à Butz et décidons de rejoindre le bois de Singly pour enchaîner deux belles descentes. La longue montée est difficile pour Yann en petite forme aujourd’hui. Nous prenons la première qui est toujours aussi belle et aussi dangereuse. Seb perd le contrôle de sa monture alors qu’il est lancé à pleine vitesse (à cet endroit mon GPS à relevé plus de 40km/h alors Seb evait être encore beaucoup plus vite). Le contact avec le sol est violent. Seb parvient tout de même à se relever avec un gros hématome au front causé par le casque qui lui est brisé en deux. S’il n’a pas mal à la tête il se plaint des côtes. Nous décidons d’écourter notre sortie non sans quitter le chemin pour descendre le court d’un ruisseau qui se terminera par de la marche à pieds avec de l’eau jusqu’au genou.
Nous finissons par retrouver la terre ferme pour emprunter un chemin heurbeux. Nous assistons à la passion* de Seb. La mondre petite bosse lui résonne dans les cotes. Nous terminons notre périple par la route afin de mettre, le plus rapidement possible, fin à son calvaire.

Epilogue : Décidément nos sorties en comportent très souvent en ce moment. Une visite aux urgences permettra aux médecins de diagnostiquer deux fractures aux cotes ainsi qu’un traumatisme crânien pour Seb nécessitant une surveillance dans les jours qui viennent et 6 semaines sans activité sportive

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.