Sans le président mais avec les pingouins (par guitou)

En tant que secrétaire et représentant légal de notre président, rester au lit avec des problèmes de santé des plus préjudiciable pour lui, ceci fera l’objet d’un autre compte rendu médicale de la part de son proctologue , j’avais donc donné rendez vous aux membres de notre club à Montherné.
En ce dimanche 13 février, le thermomètre est bas , et nous indique moins 13°c. J’arrive le premier au rendez vous, normal me direz vous, suivi de Bruno, un amis VTTiste de la première heure qui roule exclusivement du 1er juillet au 30 septembre, et qui me dit qu’il était mieux dans son lit avec madame. S’en suit l’arrivée de Stéphane, le sourire aux lèvres et enfin de Laurent à la bourre comme d’habitude.
Après d’aimables accolades, nous avons décidés de partir.
Il fait toujours moins 13°c.
Depuis le temps que Stéphane voulait rouler sur Monthermé et au vu de son niveau j’avais décidé de faire sobre. Le circuit n°11 avec 993 m de dénivelé positif me semblait idéal.
Nous voilà parti. Afin de réchauffer l’atmosphère, nous primes d’entrée jeux le chemin des longues roches, réchauffant et perturbant au premier abord, je fis la rencontre du sol gelé qui me rappela les principes de base du VTT. Cette première montée fut longue et éprouvante , elle nous conduisit au point de vue de la roche à 7 heures, où Stéphane reconnu que chez lui dans la marne, il n’y avait d’aussi beau paysage. La suite du parcours est plus roulante et nous conduit jusqu’au Hauts Buttés. Nous en avons profité pour mettre un cierge à St Antoine pour le bon rétablissement de notre président, et lui avons réservé une chambre à l’hospice.
La suite est simple, nous rejoignons le Champ Bernard, par des passages empruntés au Roc la tour 2010.
Arrivé au champ Bernard, Stéphane nous fait remarqué avec audace que nous avons gagné 6°c, il ne fait plus que moins 7°c.
Il est 11h 45, notre marnais me demande si nous serons de retour aux voitures pour 12h, avec beaucoup de tact et de délicatesse je lui répond que nous arriverons plutôt vers 12h15, tout en sachant qu’il reste plus de 20Km. Le reste du parcours nous entraîne aux ruines du château féodal de Limchamps par le single de la « voye à l’âne ». Ce sentier taillé à flan de colline et qui surplombe la Semoy nous montre que celle-ci et prise par la glace.
Le reste du parcours, nous fait emprunter les chemins de halage de la Semoy entièrement gelée. Je ne sais si c’était le manque de lucidité associé à la fatigue ou à l’âge, qui fit que Stéphane apercu des pingouins et autres ours polaires sur les rives gelées de la rivière.
Il était 12h45 quand nous sommes arrivés aux voitures, Stéphane semble épanouit, Bruno me fait remarquer qu’il était mieux dans son lit, et Laurent arrive à la bourre, nos compteurs indique 38 km, les jambes sont lourdes, mais quelle belle sortie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.