Roc d’Azur

Ces quelques lignes pour vous raconter un long périple pour aller faire du VTT. Le plus long pour l’instant avec près de 2000kms aller retour. Inscrits depuis avril au Roc, avec Seb, nous avions décidé de nous inscrire à trois courses histoire de ne pas faire le déplacement pour rien. Moi qui ne suis pas compétition, c’est sur que j’allais être servi.
Départ jeudi matin rendez-vous fixé à 8H30 chez Seb pour finir de charger le camping-car. Un dernier inventaire pour être sur de ne rien oublier. Nous nous apercevrons sur place que nous avons tout de même oublié la pompe pour les suspensions.
Trajet sans encombre sur place vers 8H30. Nous voulons faire un tour sur le site, nous ne verrons rien. Tout est fermé, et les accès à la base nature où tout se passe sont fermés.
Nous décidons de nous trouver un endroit pour nous restaurer. A quelques mètres nous trouvons une pizzeria où nous nous goinfrerons de pâtes. Pour ne rien gâcher nous serons servis pas une jeune femme plus que très légèrement vêtue. Bienvenue dans le sud.
Il est temps de trouver un coin à squatter pour la nuit. Entre deux camping-cars nous nous glissons. Ca sera nickel pour la nuit.

Jour de la première course.
Nous décidons d’aller faire un tour sur le site afin de confirmer nos inscriptions. Cela sera fait rapidement. Nous nous rendons au camping afin de poser le camping-car et de nous laver. Le temps de se faire cuire des pâtes, nous préparons nos destriers que nous sortons des couvertures. Nous allons au départ en vélo. Comme cela pas de problème de stationnement. Un petit tour sur le salon, mais l’heure du départ arrive rapidement. 14H30 nous sommes dans la zone de départ. A 15H00 la ligne est ouverte et c’est la ruée. Ce parcours, comme tous les autres commence par une longue portion de plat (plus de 5 kilometres) qui nous amène à une belle montée sans doute la plus difficile du parcours. Elle est très raide et plutot longue. Tout le monde est à pieds. Arrivé en haut nous savons maintenant à quoi nous attendre. Seb est parti devant avec l’envie de faire un chrono. Moi mon envie est de finir dans un état correct pour pouvoir enchaîner les jours de courses. Les montées ne sont pas très difficile mais le sol n’est pas celui des Ardennes avec sa terre et son herbe, ici c’est cailloux et poussière. Le crevaisons sont très nombreuses. Nous auront la chance de passer à travers. Une descente très technique et dangereuse se présente après 10 kilomètres j’en descendrai la moitié sur le spad mais me dégonflerai pour la fin ayant vu un de mes prédécesseurs prendre une méga boite. Arrivé au 11ème kilomètre je tombe sur le premier ravitaillement. Seb en est parti depuis longtemps. Les ravitos sont très corrects, barre et boissons énergétiques, fruits secs, gâteaux, bananes.etc…. A peine 5min et c’est reparti nouvelle ascension. En fait hormis les 5 premiers et le 10 derniers nous ne ferons que monter et descendre. Le dosage entre les chemins larges et les singles, les cailloux et la poussière est franchement réussi. C’est l’éclate totale. le dix derniers kilometres sont difficiles pour moi car j’ai des crampes. Malgré que ca soit du plat je ne parvient pas a relancer dans les passages techniques. Je finirai tout de même le parcours en 3H54’01 et me classerai 246ème alors que Seb finira 102ème en 3H02’47.
Retour au camping. Encore 3kilometres de vélo. pour prendre une douche bien méritée avant de nous rendre dans le centre de Fréjus pour assister au Roc Ruelles une course en relais de deux sur un parcours de 1 kilomètre. Nous hallucinons de voir l’énergie des concurrents qui descendent les marches à la volée mais aussi qui les montent sans descendre du vélo. C’est époustouflant. Il n’est pas très tard quand nous nous couchons mais la journée a été longu et il reste encore deux jours.

Rando Roc Rouge
Aujourd’hui on a fait soft. Un petit 22kilometres pour faire tourner les jambes. Nous aurons tout de même droit à la première côte de la veille. Mais le reste est de la ballade. Nous bouclerons la rando en 1H19’09 tous les deux exactement dans le même temps. Le matin nous avons pris le temps de visiter le salon. C’est super les gens sont très sympas. Nous avons eu recours aux mécanos des team pour faire régler nos vélos. Que ca soit Specialized, Lapierre ou Fox nous avons été très bien recus. On voit la différence de réglage quand c’est des pros. Le mécano me conseil de renvoyer mon amorto en usine, sous garanti, car il a un problème.

THE ROC D’AZUR
Départ à 9H30 qu’ils disaient. Mais pour les pro et pas pour nous. Notre vague, la septième, partira à 11H00 il en restera une derrière. On est parti pour 56 kilomètres. Je pars moins vite que le vendredi pour essayer de mieux finir. Le parcours est identique en grande partie à celui du vendredi mais avec quelques difficultés en plus. 500m de D+ de plus pour un total de 1800m. Ca commence a faire. Le problème de la course du Roc c’est qu’il y a trop de monde. plus de 4500 personnes sur les singles forcément ca coince. Surtout que le niveau est très hétérogène. Mais les gens sont très sympas j’en profite pour taper la causette. L’ambiance y est bon enfant même si certains se prennent pour Absalon. Dans une des dernières descentes un pompier nous demande de descendre des vélos car ils sont en train de secourir un concurrent. Le pauvre a fait une grosse chute il est inanimé et a une minerve les pompiers attendent le matelas coquille pour le déplacer. Ca fout un peu la trouille. Mais ca ne nous empêche pas de nous lancer dans la descente suivante la fleur au fusil. Arrive le dernier mur la majorité des concurrents sont à pieds. Je m’étonne aujourd’hui pas trop mal au jambes. Je grimpe tout sous les encouragements de ceux qui sont à la ramasse. Il reste dix kilomètres de plat. Une dernière fois j’emprunte le chemin des douaniers et la plage avant le final. Reste un bon morceau de piste cyclable avec 80kms/h de vent dans le nez. Et c’est le final dans la base nature tout en relances. J’envois gros et double près de dix concurrents sur le dernier kilomètre. Enfin la ligne se présente. Un vrai moment de plaisir.
Je regagne le camping-car et range mon spad. Seb revient de la douche. 45min après mon arrivée nous sommes en direction de la maison. Nous rentrons à Nouvion dans la nuit de dimanche à lundi vers 3H00. Une expérience géniale malgré tout ce que nous avions entendu nous n’avons aucun regret d’avoir fait autant de kilomètres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.