Un court bouillon pour le poisson

En ce dimanche matin premier avril le rendez-vous était donné à BOUILLON aux membres du RAID pour faire une reconnaissance en vue de notre RAV Party du premier mai.
Si en cette date on fêtera le travail il est sur que les participants ne chômeront pas eu égard du parcours en prévision.
Cette sortie est prévue pour allonger le premier tronçon de la rando en y ajoutant une belle descente, ce qui sous entend une montée et améliorer la partie finale.
Donc rendez vous est donné au parking du terrain de football à 8H45. Stéphane, Romu et Yann sont là. Ce dernier est accompagné de Barnab et Eric qui feront le déplacement avec nous aux Pass’Portes et de Philippe et Franck deux adeptes du Bike’n Run .
Une fois les présentations faites nous nous attaquons une première fois à l’ascension de la côte d’Auclin. Cette première montée se fait sur la route dans sa première partie. Elle est raide et fait mal aux jambes. Elle se termine sur un grand chemin qui n’en est pas moins pentu. Nous voila pour une première fois au pied du belvédère avec une grande fierté de ne pas avoir posé le pied à terre pour la plupart d’entre nous.
Devant nous se présente le chemin 14, qui n’est pas du tout balisé pour les VTT et que nous ne connaissons pas. J’en fait la remarque à mes acolytes qui très vaillamment me laissent ouvrir la voie. Les épingles sont très serrés, et pour une grande majorité infranchissables avec notre niveau. De plus quelques arbres sont en travers ce qui nous oblige à poser pied à terre. Je profite de l’occasion pour prendre la première gamelle de la journée à moins que d’autres se soit caché pour tomber dans la discrétion.
Nous voilà revenus au niveau de la Semois. Nous remontons cette jolie côte par une trace connue, plus régulière et nettement moins physique. Cette fois nous empruntons un passage connu afin de vérifier s’il est toujours praticable. Pour les nouveaux, les joies du franchissement de rochers avec VTT sur le dos deviennent une habitude. Avec Stéphane nous nous éclatons et nous tirons la bourre dans les lacets. Nous arrivons en bas avec un sourire béat. Stéphane est ravi de son Yéti qui lui procure un grand plaisir sur ce genre de terrain. Même si tout le monde n’a pas pris le même plaisir que nous il est clair que cette descente à été plus appréciée que la première. Romu ferme la marche avec Barnab content d’avoir étrenné son beau spad par une magnifique pelle.
Je souhaite continuer notre périple par une remontée vers la Ramonette. Deux options se présentent à nous : retourner à notre point de départ pour franchir la Semois par le pont de la poulie ou franchir le gué. Romu ne voulant pas mouiller ses chaussures de jeune communiant nous optons pour la première option. Quelques hectomètres sur la route nous permettent de discuter de la pluie et du beau temps en faisant tourner les jambes.
Nous parvenons au camping et de la nous attaquons une remontée vers les hauteurs de BOUILLON. A l’initiative de Stéphane nous empruntons un nouveau chemin qui nous amène juste à l’endroit que je cherchais. Nous profitons quelques instants de la magnifique vue sur BOUILLON avant de nous attaquer à la descente. Des marches, des lacets et quelques cailloux sont devenu notre quotidien. Un petit moment de relâchement vaut à Romu une belle chute suite à une perte d’adhérence de sa roue avant.
Nous voila de nouveau à notre point de départ et il est à peine plus de onze heures. Il n’est pas encore temps pour l’apéro. Je demande à mes compagnons de chemin ce qu’ils souhaitent faire. L’un d’entre eux ose dire du plat. Il sera immédiatement pendu à un chêne !
Je choisi l’option d’un retour au belvédère afin de tester une dernière descente et une nouvelle montée par la même occasion. Le cumul commence à faire mal aux jambes à part pour nos deux fou-furieux du Bike’n Run. Quelle bonne idée j’ai eu de faire ce dernier passage car la descente empruntée se révèle la plus abordable au plus grand nombre. Les épingles sont assez ouverte pour permettre à tous de s’en sortir et aux meilleurs de les franchir en se lâchant un maximum. Chacun à son rythme y prend du plaisir, même Eric pas très enthousiaste à ce genre d’exercice à  appréciè.
Cette fois l’heure du repas approche. Nous quittons BOUILLON satisfaits de cette sortie qui bien que courte n’en fût que plus intense.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.